Guyane Base Avancée

Soutenez le Projet :

Jacques CHINON

Palmarès

- 6 fois champion de France de boxe, catégorie des poids moyens
- Entraîneur de boxe et conseiller technique fédéral en Guyane
Jacques CHINON

Né à Cyanne en 1949, Jacques Chinon débute la boxe à l’âge de seize ans. A cette époque, on combat encore sans casque ni protège-dents, et les gants sont rembourrés de paille…

Il s’inscrit plus tard à l’A.C.B.B. De Boulogne-Billancourt, laissant croire à l’entraîneur qu’il avait déjà une vingtaine de combats à son actif. Menuisier de profession rêvant de devenir boxeur, il s’entraîne avec acharnement tous les soirs en vue de disputer la Coupe Machard. Les aléas professionnels en décideront autrement : le patron de Jacques Chinon, guère enthousiaste à l’idée que son salarié fasse de la boxe, l’envoie travailler à Chaumont. Il ne boxera jamais à Paris.

Sa carrière décolle en 1974, au Luxembourg. Il y rejoint son frère José, également boxeur. Dès 1975, avec un premier titre de Champion du Bénélux, il décide de basculer professionnel.

Persévérant et tenace, il ne renonce jamais après un combat perdu et devient par la suite six fois Champion de France dans la catégorie des poids moyens. En 1982, il dispute le Championnat d’Europe face à Tony Sybson (qui boxera pour le Championnat du monde la même année).

Il raccroche finalement les gants à trente cinq ans et obtient son brevet d’Etat d’éducateur sportif. Il devient un entraîneur de boxe réputé et emmène dans son sillage de jeunes talents guyanais : Jacobin Yoma (Champion de France en 1990 et Champion d’Europe en 1993 en poids super plume) et Leonardo Mosquea (vice-champion de France Junior en 2012).

Jacques Chinon est conseiller technique fédéral auprès du Comité régional de boxe de Guyane.

Paroles de champion

Mon histoire est celle d’un petit garçon que l’on montrait du doigt, à qui on disait : « tu seras un bandit, un voyou, un voleur ». C’est que l’on juge très mal les jeunes qui sont impertinents et volontaires. J’ai eu des travers dans ma vie, mais j’ai réussi ma vie sportive et ma réinsertion sociale. Et je suis fier d’avoir réussi tout cela grâce au sport.